Porte-Manteau amovible

 

Partis du constat qu’en hiver les vestes et manteaux deviennent vite encombrants dans les amphithéâtres de l’INSA,  nous avons décidé de dédier notre projet Maquette à la résolution de ce problème. La source duquel a été rapidement identifiée: aucun support ni aucune accroche ne sont prévus dans les amphithéâtres pour entreposer les vestes pendant les heures de cours, ce qui oblige les étudiants à les garder avec eux, dans le peu de place disponible autour de leur siège.

Il nous est alors venu l’idée de créer un porte manteau, mobile et individuel, que chaque étudiant pourrait avoir avec lui et installer où bon lui semble. Cet objet devrait donc être assez solide pour tenir un manteau, adaptable à différentes géométries et surfaces de supports et assez petit pour être facilement transportable et pour pouvoir être installé dans les amphithéâtres, où l’espace disponible est plutôt restreint. Après quelques recherches sur le sujet, nous avons remarqué qu’un tel objet (satisfaisant toutes ces contraintes) n’existait pas encore, ce qui nous laissait le champ libre pour le concevoir.

Le porte-manteaux est un objet du quotidien utilisé dans les ménages,  les entreprises et autre lieu public pour accrocher et ranger les manteaux des utilisateurs au alentour. On distingue deux catégories de porte-manteaux :

                les porte-manteaux sur pied                                       les porte-manteaux muraux

 

Pour notre projet nous nous sommes inspirés des accroche-sacs. Nous voulions apporter à notre porte-manteau certaines fonctionnalités de l'accroche-sac, à savoir la mobilité, la transportabilité et la diversité des lieux d'accroche.

 

I/ Analyse fonctionnelle

 




 

Fp1 : permettre d’accrocher un manteau à un support

Pourquoi ? : Parce que le manteau doit pouvoir être rangé

Pour quoi ? : Pour suspendre le manteau

Evolution ? : Disparition des manteaux ou disparition du besoin de ranger

 

Fp2 : permettre de maintenir le smartphone en position verticale

Pourquoi ? : Parce que le smartphone seul n’est stable qu' à l'horizontale

Pour quoi ? : Pour que l’utilisateur puisse regarder des vidéos sans devoir tenir son smartphone

Evolution ? : Géométrie modifiée des smartphones

 

Fc1 : permettre un rangement simple du produit

Pourquoi ? : parce que le produit doit être mobile

Pour quoi ? : pour être facilement transporté

Evolution ? : disparition du besoin de gagner du temps

 

Fc2 : s’adapter à différentes formes de support et différents types de surface

Pourquoi ? : parce que le porte-manteau doit être polyvalent

Pour quoi ? : pour être utilisable dans le plus de situations possibles

Evolution ? : normalisation des supports

 

Fc3 : supporter le poids du manteau

Pourquoi ? : parce que le porte manteau à une masse non négligeable

Pour quoi ? : pour ne pas casser

Evolution ? : absence de gravitation

 

Fc4 : avoir un design attractif

Pourquoi ? : parce que l’objet sera visible en cours d’utilisation

Pour quoi ? : pour plaire à l’utilisateur

Evolution ? : perte de l’importance de l’apparence dans la société

 

Fc5 : être faisable à faible coût

Pourquoi ? : parce que c’est un objet de la vie quotidienne destiné au grand public

Pour quoi ? : pour être abordable

Evolution ? : gratuité

 

Fc6 : être sans danger pour l’Homme

Pourquoi ? : parce que l’utilisateur devra manipuler l’objet

Pour quoi ? : pour que l’Homme ne puisse pas se blesser

Evolution ? : évolution des normes de sécurité

 

Fc7 : être sans danger pour le smartphone

Pourquoi ? : parce que le smartphone sera en contact direct avec l’objet

Pour quoi ? : pour que le smartphone ne soit pas être endommagé par l’objet

Evolution ? : valeur amoindrie des smartphones

 
 

II/ Avancée du projet

1) Elaboration des formes

Afin de répondre au cahier des charges établi plus haut, nous avons imaginé plusieurs solutions techniques :

  • 1 : une pince munie d’un crochet, qui permettrait de s’adapter à de nombreuses géométries de support;

  • 2 : un système de plaques qui se serreraient autour d’un support peu épais et horizontal (type table);

  • 3 : une seule pièce, qui une fois en charge se coincerait contre le support (sur le même principe que le porte-sac )

C’est finalement la troisième solution que nous avons retenus pour des raisons de fonctionnalités et de simplification de la conception: en effet la solution numéro 2 ne répondait pas entièrement au cahier des charges que nous avions fixé et la première solution nécessitait l’usage d’un ressort, ce qui compliquait fortement la conception (il fallait trouver un ressort avec les caractéristiques mécaniques adéquates et se le procurer puis dimensionner le reste des pièces en fonction de ses propres dimensions).

2) Dimensionnement et modélisation


3) Prototypage sur imprimante 3D

         a- 1er prototype

L’analyse de notre premier prototype a montré qu’il remplissait bien sa fonction principale: tenir un manteau. En effet il était assez robuste pour cela et sa géométrie permettait un blocage de la pièce contre le support qui faisait tenir la pièce et le manteau.

 

 

 

Cependant certains aspects restaient à améliorer: la pièce ne s’adaptait pas à tous les supports (car l’ouverture entre les deux branches était trop étroite), elle était plutôt volumineuse et l’un de ses crochets était mal conçu et ne permettait pas de bloquer la pièce contre le support lorsque celle-ci était installée en position verticale. De plus, après l'impression de la pièce nous avons remarqué qu'un des côtés de celle ci était courbé au lieu d'être droit et que l'un des crochets était mal imprmié (problème de support lors de l'impression). Nous avons donc travaillé sur une deuxième prototype.

 

 

 

            b- 2ème prototype

Sur ce deuxième essai nous avons modifié les formes de la pièces:

  • nous avons réduit ses dimensions (longueur, largeur et épaisseurs),

  • avons augmenté la taille de l’arc de cercle afin d’augmenter l’ouverture entre

les deux branches,

 

  • avons changé abaissée la partie arrondie en bout de pièce afin une fois de plus d’augmenter le l’ouverture entre les deux branches,

  • avons supprimé un crochet et transformé celui qui restait en “double crochet”,

  • avons tracé le logo de l’INSA dessus, afin de promouvoir l’école à travers cette création.

 

  
 

 

Nous avons, à plusieurs reprises, essayé d'imprimer avec les imprimantes Ultimaker et IRA 3D. Nous voulions les privilégier car leur coût d'impression est faible, mais la buse se bouchait souvent lors de leur utilisation ou bien la pièce commençait à se décoller en cours d’impression, ce qui la déformait et empêchait la suite de l’impression.

Nous avons finalement tenté d’imprimer notre 2ème prototype avec l'imprimante Fortus 250 MC, et avons obtenue notre pièce au bout de 2 tentatives. Cette imprimante présentait également l’avantage de créer des supports pour imprimer les parties qui ne sont pas en contact avec la plaque de l’imprimante, ce qui nous a évité l’un des écueils que nous avions rencontrés avec notre première maquette.

                                                                                 

                                                                                                    

 

III/ Conclusion

En conclusion, cette première expérience de création innovante a été très enrichissante et forte en enseignements. Nous avons, une fois l’objet choisi, réalisé une première maquette, ce qui nous a permis de l’observer avec un regard critique et de l’optimiser, pour finalement obtenir un résultat satisfaisant avec notre deuxième maquette. Nous avons non seulement eu l’occasion au cours de ce projet de mieux nous familiariser avec Creo, mais également d’apprendre à gérer un travail créatif en groupe.

 

Espace Membres

  • over a year ago

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter...

Email: