Projet: caddie

LE CADDIE

Lien fichier STEPS: ici

 

I-Introduction

 

Le caddie est un objet de notre quotidien, qui nous permet de déplacer facilement nos articles lorsque nous faisons nos courses. Le caddie traditionnel est composé d’un grand panier, d’un support avec des roues et d’une poignée qui permet à l’utilisateur de le diriger. Un caddie a une capacité de 240 litres, soit 210 kg. Il parcourt en moyenne 28 000 km durant sa vie (durée de vie maximale de 7 ans). Il transporte environ 10 000 fois son poids de marchandises.

 

 

Figure 1

Figure 1: Caddie de supermarché

 

Actuellement, c’est l’homme qui fournit au caddie l'énergie nécessaire pour le déplacer, ceci étant contradictoire avec le but du caddie. Bien qu’il nous permette de ne pas avoir les mains encombrées d’articles, nous devons toujours fournir de l’énergie pour les déplacer.

          Nous allons donc dans un premier temps étudier l’évolution du caddie, de sa création jusqu’à nos jours, puis nous utiliserons la méthode TRIZ afin de trouver comment améliorer ce produit.

 

II-Evolution du caddie

 

C’est en 1936 qu'apparaît pour la première fois l'ancêtre du caddie actuel. Sylvan Goldman, un épicier de l’Oklahoma, observa que ses clients étaient limités par leur capacité physique : ils n’achetaient pas plus qu’ils ne pouvaient porter dans leurs bras. C’est pourquoi, il créa tout d’abord le panier : lorsque celui-ci était plein, le client pouvait le mettre en consigne et en prendre un deuxième. Cependant, cette méthode amenait le client à se demander s’il avait vraiment besoin d’un deuxième panier, et réduisait donc possiblement les ventes. C’est pourquoi, il eut l’idée d’associer deux chaises pliantes et de les mettre sur des roulettes. Ainsi, son “caddie” pouvait supporter deux paniers, et n'encombrait pas le magasin puisqu’il était pliable.

 

carrellogoldman.jpg

 

Figure 2: Ancêtre du caddie

 

Il a fallu attendre 10 ans pour observer une nouvelle amélioration du caddie. C’est alors Orla E. Watson qui apporta cette amélioration. Pour pallier le problème du montage-démontage des chariots, son idée fut de créer une trappe à l’arrière afin de pouvoir encastrer les caddies les uns dans les autres. Ce système est encore utilisé aujourd’hui.

          L’utilisation de ces chariots s’est répandue avec le développement des supermarchés. Le premier chariot “Caddie” a d’ailleurs été créé dans les années 1960. Le nom Caddie à été déposé auprès de l'Institut National de la Propriété Industrielle, en 1987, par la société Ateliers Réunis Caddie. Bien qu'entré dans le langage courant de nos jours, ce mot n’en reste pas moins soumis aux règles du droit des marques.

 

 

III-Etat de l'art

 

         Depuis sa création, le caddie a subi de nombreuses modifications, permettant de répondre aux besoins des différentes enseignes. Ainsi, on retrouve maintenant des caddies spécifiques aux magasins de bricolage par exemple, présentant un grand plateau pour poser des planches, des meubles… Certains combinent plusieurs aspects, comme un panier et une surface plane.

0_20869---77675003_900x600.jpg0_20108---44541103_p1_400x400.jpg44997903-1--1500x1500.jpg

Figure 3: Différents modèles disponibles

 

Le caddie de supermarché permet ainsi à l'utilisateur d’empiler un grand nombre d’articles de formes variables. Ce caddie ne serait pas pratique pour le transport de meubles, puisque sa taille n’est pas modulable, et les cartons pourraient ne pas rentrer, ou être abîmés lorsque l’on souhaite les retirer du caddie. C’est pourquoi, le caddie a évolué de cette manière. Quelque soit sa forme, le but du caddie n’en reste pas moins de soulager l’utilisateur lors de ses achats, et ainsi d’augmenter sa consommation. Ces caddies devront toujours être encastrables, afin d’éviter au supermarché de perdre trop de place.

 

          Bien que le caddie “classique” soit fait de métal, il est maintenant possible d’en trouver en plastique. Ceci présente plusieurs avantages : ils ne sont plus volés pour être revendus en tant que ferraille, ne s’oxydent pas, ont une durée de vie plus élevée, sont plus légers, etc.

 

          Compte tenu de l’utilisation systématique du caddie, nous avons pensé que lui apporter de nouvelles évolutions pourrait faciliter la vie de tous les utilisateurs. Il reste encore des améliorations à apporter à ce produit. En effet, la manipulation du caddie reste assez difficile compte tenu du poids des caddies remplis or le caddie a pour but de transporter les objets à la place de l’homme.

 

caddies.jpg

 

Figure 4: Caddies en plastique

 

IV-La méthode TRIZ

 

La méthode TRIZ (Théorie de Résolution des Problèmes Inventifs) a été élaborée par l’ingénieur Genrich Alsshuller, à partir de 1946. Après avoir étudié de nombreuses inventions, il constata qu'il existait des invariants dans leur façon de penser et d'agir dans l'acte d'invention. L’évolution des systèmes est donc sujette à différentes lois, qui ont été mises en évidence par la TRIZ.

 

V-Intégrité des parties

 

Sans titre.png

Figure 5: Intégrité des parties

 

          Nous avons, tout d’abord, réalisé cette partie afin de déterminer quel est le but de notre système et le mettre en relation avec sa FPU (Fonction Principale Utile). Le but du caddie est de transporter les marchandises des rayons jusqu'à la caisse, puis jusqu’au véhicule de l’utilisateur. L’homme fournit de l'énergie au chariot en le poussant via la barre. Cette énergie est transmise au reste de la structure, qui la transmet à son tour aux roues permettant son déplacement. Le contrôle est effectué visuellement par l’utilisateur

 

VI-Analyse multi-écran

 

          Nous avons ensuite réalisé l'analyse multi écran du caddie, qui nous permet de mettre en évidence son évolution. Nous avons donc analysé les changements opérés entre les premiers caddies et ceux que l’on retrouve aujourd’hui. Ensuite nous avons tenté d’imaginer ce que pourrait être le caddie du futur. Pour ce faire, nous avons dû restituer le caddie dans son environnement, ce qui correspond au super système sur la Figure 6: Analyse multi-écran, et analyser ses différents composants, représentés par le “sub-système”. Ainsi, nous avons pu mettre en avant les côtés positifs et négatifs des évolutions du caddie.

 

 

Sans titre2.png

 

Figure 6: Analyse multi-écran

 

1-Passé présent

          Comme nous l’avons dit précédemment, nous avons commencé par étudier les évolutions entre le passé et le présent. Nous avons constaté que le super système n’avait pas beaucoup changé, si ce n’est que les supermarchés se sont agrandis pour faire face aux demandes de la société de consommation. Ces agrandissements des supermarchés ont été accompagnés par une augmentation du volume des caddies qui peuvent, eux aussi, contenir plus d’articles. Sa fonction reste la même entre le passé et le présent, à savoir faciliter le transport des marchandises dans le supermarché, et jusqu’aux véhicules des clients à notre époque. 

 

          En ce qui concerne le “sub-sytème”, on remarque quelques modifications sur les composants du caddie. Le caddie est plus grand mais aussi plus rigide et monobloc. Des parties métalliques sont remplacées par des matériaux plastiques, et un siège pour enfant a été rajouté, ainsi qu’un ou plusieurs compartiments pour les bouteilles, par exemple.

 

          Si certaines de ces modifications sont positives (siège pour enfant par exemple), d’autres en revanche, ont entraîné quelques faiblesses. Le fait que le caddie soit plus volumineux le rend moins maniable et plus lourd, il est donc compliqué à déplacer lorsqu’il est complètement chargé. Par ailleurs, afin de limiter les vols de caddies, les fabricants ont utilisé un mécanisme de pièce à insérer pour le détacher. Mais ce système n’est pas optimisé puisqu’il est parfois difficile de récupérer sa pièce, et cela n'empêche pas complètement les vols. Nous nous sommes donc demandés comment nous pourrions corriger ces défauts dans le futur.

 

2-Présent futur

          Dans cette partie, nous avons listé les éléments qui rendraient le caddie idéal (un chariot qui ne pèse rien, ne coûte rien, ne prend pas de place ... ). Si l’on veut le dynamiser, nous allons aussi devoir dynamiser le super-système. C’est pourquoi nous avons pensé à des supermarchés digitaux. Cependant, si l’on souhaite garder les supermarchés tels qu'ils sont, il faudrait les améliorer pour que les sols limitent les frottements. En ce qui concerne les différents éléments, nous pourrions rajouter un écran qui compte nos articles et affiche le ticket de caisse en temps réel. Il faudrait aussi donner plus de libertés à l’utilisateur, pour le choix des compartiments, du nombre de sièges pour enfants… Il y aurait aussi des modifications en matière de matériaux à effectuer pour le rendre plus léger.

 

VII-Lois d'évolutions

 

Nous avons évalué les lois suivantes afin de savoir quels axes améliorer et comment innover. En effet, des problèmes ne sont pas totalement résolus, ils font simplement l’objet de compromis contrairement à l’objectif de la TRIZ.


Sans titre3.png

 

Figure 7: Diagramme en étoile final


Loi 1 : Intégralité des parties (⅗)

 

          Nous avons listé les différentes parties de notre objet afin de définir sa Fonction Principale Utile (FPU). Ici, l’énergie pour faire avancer le caddie est celle de l’homme, c’est à dire celle de l’utilisateur. C’est aussi lui qui contrôle l’objet visuellement. Le moteur du caddie est la barre à laquelle l’homme transmet son énergie. La transmission entre la barre et la structure effectuant le travail se fait par toute la structure métallique du caddie. Enfin le travail est réalisé par les roues et le panier. On déduit de ces quatre éléments que la FPU du caddie est de faciliter le transport des articles pour l’acheteur. Cependant, on constate que le contrôle du caddie n’est pas une fonction intrinsèque de l’objet, elle est réalisée par l’utilisateur et non pas par l’objet lui-même, il existe donc des opportunités de développement dans ce domaine.

 

Loi 2 : conductibilité énergétique (⅗)

 

          Depuis sa création, c’est l’homme qui pousse le caddie, c’est à dire que c’est lui qui fournit de l'énergie pour le faire avancer. L'énergie fournie par l'utilisateur est proportionnelle au chargement du caddie. Si nous souhaitons économiser l’effort produit par l’homme, nous pourrions motoriser le caddie, ou essayer de diminuer les frottements au niveau des roues pour optimiser la transmission des efforts de la part de l’utilisateur.

 

Loi 3 : harmonisation (⅗)

 

          La seule partie en contact avec l’utilisateur (c’est à dire la personne fournissant l'énergie nécessaire au déplacement du caddie) est la poignée. Or, elle n’est pas optimisée pour faciliter les mouvements du caddie lorsqu’il est lourdement chargé, de par sa forme droite et rigide. L’objectif ici serait donc de créer une poignée répondant mieux aux contraintes posées par le caddie. Nous pourrions aussi permettre à l’utilisateur d’ajuster la taille du caddie en fonction de ses besoins.

 

Loi 4 : idéalité (⅗)

 

          Quand on parle d’idéalité d’un caddie, on peut penser à un caddie qui se déplace tout seul afin de suivre l’utilisateur, ou à un système permettant de ne plus avoir à faire ses courses. Cependant ce système existe déjà plus ou moins avec le “drive”, où le problème est seulement reporté sur les personnes travaillant dans le “drive”. Il y a encore du chemin à parcourir avant d’atteindre l’idéalité du caddie.

 

Loi 5 : développement inégal (⅘)

 

          Bien qu’il existe quelques difficultés concernant le maniement du caddie, cette loi semble être respectée puisqu'il y a une cohérence de développement entre les différentes pièces du caddie (bac, roues et poignée). On note donc un déséquilibre au niveau du développement des roues qui limitent la FPU, par le maniement plus ou moins difficile du caddie lorsqu’il est chargé.


Loi 6 : transition au supersystème (⅘)

 

          Il est difficile d’imaginer une transition pour le caddie puisqu’il n’existe pas à ce jour d’autres objets capables de remplir sa fonction. Cependant, des innovations sont toujours possibles afin d’améliorer le caddie avec d’autres fonctionnalités améliorant la FPU.

 

Loi 7 : transition vers le microniveau (⅘)

 

          Il est impossible d’imaginer que le caddie se transforme un jour en élément liquide ou gazeux, car il ne pourrait plus transporter d’articles. Cependant, une transition est possible via les achats par internet.


Loi 8 : dynamisation (⅖)

 

          Concernant la dynamisation de notre système, il y a de nombreuses possibilitées : la flexibilité du caddie, c’est à dire pouvoir faire varier sa taille qui semble être un critère très intéressant à développer. On peut également penser à un système de barres rétractables sur le côté afin de récupérer plus facilement les objets au fond du caddie. Enfin, on peut imaginer des caddies pliables afin d’améliorer leur stockage.

 

Loi 9 : accroissement substance-champ (⅖)

 

          On peut ici penser à de nombreuses fonctionnalités à ajouter au caddie : on pourrait ajouter un écran avant pour que les enfants puissent jouer pendant que les parents font leurs courses, ou imaginer un système qui vous indique le budget de votre caddie en temps réel, ou les promotions disponibles dans le magasin.  


          Au vu du diagramme en étoile obtenu grâce à ces lois d’évolutions, on peut en conclure que le caddie suit assez bien les différentes lois, le système est mature mais des évolutions sont encore possibles afin de l’améliorer.

 

VIII-Paramètres et poly-contradictions

          Nous nous sommes ici interrogés sur les paramètres d'action (paramètre sur lequel le concepteur va pouvoir avoir une influence), et sur les paramètres d’évaluation (paramètre qui nous permet d'évaluer les évolutions du système ) qui composent notre système.

  1. Paramètres d’action (PA)

 

Nous avons listé les paramètres d’action du caddie :


  • la taille du caddie

  • son matériau

  • la présence d’un (ou plusieurs) siège(s) bébé(s) ou non


  1. Paramètre d’évaluation (PE)


Nous avons fait de même avec les paramètres d’évaluation. Nous avons accordé plus ou moins de poids à chacun de ces paramètres en les évaluant de 1 à 10. 10 signifie que ce paramètre est très important alors qu’une note basse signifie que ce paramètre a une influence modérée sur le système.


  • Coût de production (2/10) (dans ce projet, on envisage seulement les innovations possibles sans réellement prendre en compte leur réalisation)

  • Confort du consommateur (7/10)

  • Bruit (1/10)

  • Capacité de stockage (9/10)

  • Ergonomie (7/10)

  • Résistance des matériaux (6/10)

  • Maniabilité (10/10)

  • Recyclage (3/10)

  • Entretien (3/10)

  • Stockage du caddie (5/10)

  • Effort physique (9/10)


Sans titre4.png

Figure 8: Poids attribués aux différents PA et PE

 

On évalue les 2 valeurs du paramètre d’action, ici on a soit un caddie:

  • “grand” ou “petit”  

  • en “métal” ou en “plastique”

  • “avec siège(s) enfant(s)” ou “sans”

avec les paramètres d’évaluation. Il est évident que les paramètres d’évaluation en faveur d’une des deux valeurs du PA ne peuvent pas favoriser l’autre, il faut parvenir à une contradiction.


Sans titre5.png

Sans titre6.png

Figure 9: Points positifs et négatifs
 

IX- Résolution

          Le logiciel STEPS trace alors un graphe de l'occurrence du PE en fonction du poids de la contradiction. Il est donc directement déduit des poly-contradictions remplies précédemment. On prend les cercles les plus hauts et les plus à droite (PE qui apparaissent le plus de fois avec les contradictions les plus fortes) afin de résoudre la contradiction liée. On prendra 3 contradictions ici.

 

Sans titre10.png

Figure 10: Graphique de l'occurence des PE

 


          On passe à présent dans l’onglet “Matrice” pour les différents cercles choisis. Pour chaque paire de paramètres d’évaluation, on choisit au plus 3 des 39 principes de conception qui correspondent le plus à notre paramètre. On obtient alors automatiquement les meilleurs principes inventifs qui permettraient de résoudre notre contradiction selon la TRIZ.

 

La première contradiction que nous résolvons est la suivante :  

La taille doit à la fois être grande pour avoir une bonne capacité de stockage et petite pour avoir une bonne maniabilité. 

 

Sans titre8.png

Figure 11: Première matrice résolue

 

Lorsqu’on résout cette matrice, on obtient les paramètres inventifs suivants :

 

  • 29 : le système hydraulique ou pneumatique

  • 35 : le changement de paramètres physiques et chimiques d’un objet

  • 1 : la segmentation

 

          Cette matrice est très intéressante car elle nous permet d’envisager la segmentation de notre caddie. On pourrait penser à faire plus de paniers, et les fermer entièrement, pour éviter les pertes de petits articles qui peuvent tomber par le grillage des caddies actuels. On peut également penser à des caddie modulables, c’est à dire, de taille adaptable en fonction des besoins. Il arrive à tout le monde de prendre un petit caddie en se disant qu’on n’a pas beaucoup d’articles à acheter puis voir des promotions et constater que le caddie est trop petit. Il serait donc intéressant de pouvoir l’agrandir dans ce cas là, mais également de le rétrécir pour faciliter son déplacement. On pourrait donc créer un fond dépliable, et des battants qui pourraient coulisser sur le côté.  

 

          En outre, il a été constaté que pour les personnes les plus âgées, se baisser afin de chercher les articles se trouvant au fond du caddie pouvait poser problème. Pour pallier ce soucis, nous pouvons penser à un fond qui s'élève. En effet, celui-ci pourrait utiliser une partie du flux d’air généré pour le coussin afin de s’élever lors du passage en caisse.


          En envisageant la segmentation du caddie, on n’endommagerait pas la capacité de stockage, ni le stockage du caddie, l’entretien et le recyclage. Par ailleurs, en réalisant cette innovation, on améliore la maniabilité du caddie lorsqu’on le réduit, et la capacité de stockage est optimisée. Cela offre donc plus de confort à l’utilisateur.

 

WhatsApp Image 2017-04-22 at 22.01.52.jpeg          WhatsApp Image 2017-04-22 at 22.01.38.jpeg

Figure 12: Déplacements du caddie de manière verticale et horizontale

 

Par ailleurs, cette matrice nous permet aussi d'envisager de mettre le caddie sur cossins d'air. Tout d’abord, les coussins d’air sont un moyen de diminuer fortement les frottements. En effet, la manipulation d’un caddie chargé peut s’avérer difficile pour certaines personnes, notamment lors de la réalisation de virages. En créant un coussin d’air qui arrive à contrecarrer le poids du caddie et de sa cargaison, l’utilisateur serait en mesure de mieux le manipuler : ceci diminue fortement les efforts à fournir pour pouvoir le déplacer. Ce même principe de fonctionnement est celui des aéroglisseurs ou Overcrafts. Dans un deuxième temps, tout en cherchant à améliorer la conduite, un système qui orienterait le flux qui crée le coussin d’air permettrait non seulement un équilibre du caddie en fonction de sa charge lorsqu’il se trouve à l'arrêt, mais aussi une stabilisation lors des virages ou des divers démarrages et arrêts. D’un point de vue physique, il faut savoir que plus un caddie est chargé, plus il va être compliqué de modifier son mouvement, de par ce que l’on appelle son inertie (en quelque sorte, son aptitude à rester dans l’état où il est). Ainsi, générer une force de poussée verticale avec un coussin d’air va permettre de diminuer considérablement les frottements qui s’exercent au niveau des roues des caddies actuels et rend la mise en mouvement plus simple de par l’orientation du flux d’air.

 

Ainsi, nous pourrions penser à un système composé de plusieurs hélices orientables capables de générer le coussin d’air. L'ensemble pourrait ainsi s’adapter en fonction des sollicitations de l'utilisateur et de la répartition de la masse à l’intérieur du caddie. De plus, il est envisageable, d’un point de vue technologique, d’utiliser un système basé sur la poussée vectorielle qui permettrait d’améliorer considérablement la manoeuvrabilité du tout et qui pourrait être utilisé lors des changements brusques de trajectoire (e.g prévision de collisions). Cependant ce système possède des limites. Tout d’abord, certains aspects comme l’acoustique  de même que la sécurité des personnes dû à l'utilisation des hélices tournant à grande vitesse devraient être fortement étudiés.

 

Figure 13: Principe du coussin d'air

Ensuite, nous avons également voulu résoudre la contradiction suivante :

La taille doit à la fois être grande pour avoir une bonne capacité de stockage et petite pour diminuer l’effort physique de l’utilisateur.

On note que le PA taille apparaît une seconde fois, en effet, c’est ce paramètre qui représente les contraintes principales du caddie.

 

Sans titre9.png

Figure 14: Deuxième matrice résolue

 

On trouve alors :

  • 35 : le changement de paramètres physiques et chimiques d’un objet

  • 15 : le dynamisme

  • 2 : l’extraction

 

          Nous pourrions, selon ces principes inventifs, trouver une idée inventive afin de résoudre cette contrainte. Nous pouvons noter que même si l’un des PE est le même, les principes inventifs présentés ne sont pas les mêmes que précédemment.

          Pour résoudre cette contradiction, nous pouvons imaginer un caddie motorisé. La motorisation se ferait grâce à un moteur électrique qui se trouverait sous le caddie: d’un point de vue écologique, on favorise l’utilisation de l’électrique face aux moteurs à combustion.

 

          Nous pouvons alors envisager deux cas : un moteur avec une batterie courte ou longue durée. Dans le premier cas, nous pouvons envisager une batterie avec une durée d’utilisation supérieure à la durée moyenne d’utilisation d’un caddie (pour avoir une marge de sécurité). L’utilisateur pourra donc utiliser le caddie sans se soucier de sa recharge mais cette disposition risque de l’alourdir fortement. Au lieu de mettre une batterie de longue durée, nous pouvons envisager une tenue plus faible mais avec une recharge par induction dans les allées principales des supermarchés. Nous aurions ainsi un caddie plus léger. Cependant, des effets électromagnétiques (courants de Foucault) pouvant porter atteinte à la santé des personnes, sont également à prendre en compte.

 

          Nous pourrions également utiliser des énergies renouvelables afin de produire l’électricité nécessaire au moteur. Lorsque cela est possible, on aurait alors des panneaux solaires sur les toits des endroits où sont stockés les caddies, ou des éoliennes directement sur les toits des grandes surfaces. Concernant le plastique utilisé, on pourrait aussi passer d’un plastique d’origine pétrolière à un plastique fait avec des algues.

 

            En réalité, les caddies motorisés existent déjà aux Etats-Unis (cf fig 15 ci-dessous), nous voudrions donc y apporter quelques modifications afin d’améliorer sa FPU ; nous pourrions par exemple utiliser la motorisation au delà d’un certain seuil de poids du caddie (la maniabilité n’est difficile que lorsque le caddie est chargé) et également de faciliter les virages grâce à des roues motorisées. Par ailleurs, puisque nous modifions les roues, nous pourrions améliorer sa maniabilité en installant des roues plus petites à l’avant. Cette optimisation permettrait alors de minimiser le volume/poids et la consommation électrique du moteur.

 

Figure 15: Caddie aux USA

 

          Bien évidemment, cette solution présente quelques inconvénients comme le bruit produit par les moteurs, ce qui réduit le confort de l’utilisateur. Cependant, en utilisant des moteurs électriques, on limiterait grandement le bruit produit et on améliore la maniabilité et l’effort physique du consommateur. En ce qui concerne le coût de production, il augmenterait avec cette solution, tout comme le coût d’entretien. L'investissement représenté par l’installation de panneaux solaires et éoliennes serait aussi à prendre en compte, cependant cela permettrait de ne pas avoir à acheter d’électricité pour alimenter les caddies.

 

 

   

Figure 16: Schéma du caddie motorisé

 

Enfin, la dernière matrice que nous avons résolu est la suivante :

Il faudrait à la fois avoir un siège bébé pour satisfaire le confort du consommateur, et ne pas en avoir pour alléger le caddie et diminuer l’effort physique fourni par le consommateur.

 

Sans titre7.png

Figure 17: Deuxième matrice résolue
 

On obtient les principes inventifs suivants :

  • 28 : la reconception

  • 8 : le contrepoids

  • 35 : le changement de paramètres physiques et chimiques d’un objet

 

          La notion de contrepoids est intéressante. Comme remarqué précédemment, une fois que le caddie est rempli, sa maîtrise devient compliquée. Cependant, la conduite peut être fortement améliorée en déplaçant le centre de gravité du caddie. En effet, ceci rejoint la notion de contre-poids. Pour ce faire, nous avons imaginé deux systèmes complètement différents.


          Le premier provient d’un constat: les familles avec plusieurs enfants, notamment de bas âge, sont celles qui remplissent le plus les caddies. Nous avons donc eu l’idée d’utiliser le propre poids des enfants se trouvant sur le siège, afin de générer un contre-poids. En effet, le siège des enfants des caddies actuels est statique. Si celui-ci était placé sur un système de rails qui lui permettrait de glisser lors des virages, le centre de gravité du caddie pourrait être déplacé, favorisant ainsi sa maniabilité. Le déplacement de l’enfant sur le rail pourrait être piloté grâce à un système basé sur l’orientation des roues. A l’aide d’un champ électrique ou magnétique, la force nécessaire pour le déplacer pourrait être générée.

 

          Dans un deuxième temps, nous pourrions imaginer un système semblable à celui d’un berceau. Si la structure du caddie était en mesure de s'adapter aux mouvements de l’utilisateur, sa conduite serait rendue plus facile. En partant de ce principe, nous avons imaginé un nouveau type de caddie qui se décompose en deux parties: une structure fixe  composée du cadre avec les roues et une autre amovible dans laquelle l’utilisateur introduit ses articles. La liaison au niveau des deux parties s’effectue grâce à un système utilisant un champ électromagnétique qui assure l’orientation de la partie amovible.

 

          Cette option améliorerait le confort de l’utilisateur puisqu’il permettrait à l’utilisateur de ne plus avoir à décharger ses courses sur le tapis, mais seulement de les y faire basculer. Hormis le coût de production qui pourrait légèrement augmenter, tous les autres PE ne seraient pas dégradés par cette solution.

 

Figure 18: Schéma du caddie basculant

 

    

X-CONCLUSION

        Pour conclure, l’utilisation de la méthode TRIZ nous a permis de trouver des contradictions que nous ne soupçonnions pas. Lorsque nous avons choisi le caddie, nous nous sommes rendus compte qu’il avait besoin d’être motorisé pour éviter à l’utilisateur de forcer en le poussant. Nous n’avions cependant pas réalisé qu’il serait intéressant de moduler sa taille, ou de dynamiser le caddie.

          Cependant, l’un des problèmes que nous avons rencontré en utilisant cette méthode réside dans l’analyse des PE et des PA. Nous pensions que la motorisation pouvait être un PA, or, c’est une innovation, on ne peut donc pas la considérer comme un PA. Nous avons donc dû revoir nos PA afin d’obtenir des principes inventifs permettant de créer de réelles innovations pour notre produit.

          Finalement, nous avons réussi à régler nos contradictions : si on motorise le caddie ou utilise des coussins d’air, l’utilisateur n’utilisera plus sa force physique pour le déplacer. De plus, si on rend le caddie modulable, on permet à tout le monde de l'adapter à ses besoins.

             Grâce à la méthode TRIZ, on se rend donc compte que la solution à une contradiction est très variable, il convient à l’inventeur selon ses critères de la développer. Contrairement au brainstorming où le produit n’est pas confronté aux contradictions actuelles, cette méthode permet de bien comprendre ce que doit avoir le nouveau caddie pour être innovant, c’est à dire quelles contradictions résoudre. Nous avons donc beaucoup appris sur la notion d’innovation, qui n’implique plus seulement un nouveau produit mais qui répond à des attentes précises et qui devient un aspect clé du métier d’ingénieur.

 

Espace Membres

  • over a year ago

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter...

Email: