Projet: sèche-cheveux

Conception inventive : le Sèche Cheveux

ALMANSOUB Tasnime - HOUDUS Ségolène - LEMAIRE Caroline - QUESNEY Aude - WEHBE Yasmine

 

Introduction

L'objectif du cours INNOV'INSA est de s’approprier une innovation et de l’étudier pour mettre en avant ses évolutions et ses contradictions. Dans notre groupe composé de ALMANSOUB Tasnime, HOUDUS Ségolène, LEMAIRE Caroline, QUESNE Aude et WEHBE Yasmine, nous avons choisis d’étudier le cas du sèche-cheveux. En effet, c’est un objet d’électroménager qui est devenu indispensable et présent dans chaque foyer. Il est utilisé principalement par la femme mais également par les hommes dorénavant. Cependant, la fonction principale qui est de seulement de sécher à quelque peu évoluée. En outre, le but étant de pouvoir également coiffer et de rendre le cheveu plus beau. Sur le marché, une panoplie de sèche-cheveux sont présents. Que ce soit le sèche-cheveux classique, professionnel, de voyage, lisseur, diffuseur ou silencieux, ionique etc... Nous pouvons donc être facilement perdu face à cette diversité d'utilisations et de prix et nous devons faire correspondre nos critères de soins cheveux au sèche-cheveux.  Nous allons dans notre cas passer en revue tout ce qui constitue le sèche-cheveux puis déterminer les évolutions majeures de celui-ci. Dans un premier temps pour mieux comprendre l’idée d’innovation nous allons approfondir et expliquer ce terme et en quoi il est important. Puis grâce au logiciel STEPS que nous avons complété nous allons dresser une liste des composants principaux du sèche-cheveux mais également son évolution au cours des années, les contradictions qu’il apporte et enfin proposer des idées qui pourront permettre de le faire évoluer.
 

1. Histoire

Le sèche-cheveux portatif comme nous le connaissons a été créé en 1920.
 
Sèche-cheveyx fin 19è
Cependant bien avant cela, à la fin du 19ème siècle, c’est un coiffeur français du nom de Alexandre-Ferdinand Godefroy vivant au Etats-Unis, dans le Missouri plus exactement, qui a inventé une machine pour les salons de coiffure de luxe. Cette machine était un long tube relié à un point de chaleur - une cuisinière à gaz - et dont la partie qui était en contact avec le cheveu du client formait une sorte de bonnet.
 
Grâce à cet appareil inventif, le cheveu est beaucoup moins abîmé et de ce fait on ne le brûle plus grâce à un système qui transfère la chaleur vers l’extérieur.
 
Cependant c’est une invention qui reste très encombrante et qui n’est utilisable que dans les salons et dont bien évidemment le coût devait être élevé.
 
 
C’est avec la marque Calor en 1926 que l’on peut voir les premiers sèche-cheveux portatifs et utilisables chez soi et dont le flux d’air était soit chaud soit froid selon les envies des consommateurs. En 1950, on découvre le premier sèche-cheveux électrique ayant cette forme particulière ressemblant à une perceuse électrique.
 
 

2. Comment innover ?

2.1 Etat de l'art

A partir des années 1960s, le sèche-cheveux a connu plusieurs évolutions, non seulement au niveau de sa forme mais surtout en ce qui concerne ses performances comme sa puissance et son adaptabilité aux différents types de cheveux.

Ce mécanisme est constitué d’une hélice qui propulse l’air à travers des fins fils électriques servant comme résistances chauffantes. Ainsi, l’air qui en ressort est chauffé et sa vitesse peut être accélérée ou ralentie en fonction du diamètre de l’embout. Ce dernier prend différentes formes en fonction des cheveux et du type de coiffure souhaitée.

Il est devenu aussi possible de régler la vitesse de rotation de l’hélice grâce à un commutateur. Ceci permet de gérer la puissance du sèche-cheveux qui varie généralement entre 1300 et 2000 Watts.

Dans les années 1970s et 1980s, on a vu apparaître les sèche-cheveux design comme le modèle orange Krups solitaire et le HLD 4 de Braun. Ces appareils étaient portables et avaient des formes et des couleurs différentes des sèche-cheveux de l’époque.

braun seche cheveux.jpg                                      kurps.JPG

                  Braun, HLD 4                                                                                           Orange Krups solitaire         

D’autres innovations sont entrées en jeu par la suite, dans les années 1990s et 2000s, pour satisfaire au mieux les besoins du client. Par exemple, des embouts flexibles pour rendre les cheveux lisses ou frisés ont été créés et la puissance du sèche-cheveux augmenta considérablement.

Aujourd’hui, le défi de l’innovation du sèche-cheveux est plus difficile à surmonter car il s’agit de fabriquer le sèche-cheveux le plus performant, le plus silencieux et qui dépense le moins d’énergie possible. Ainsi, le modèle supersonic de dyson illustre ce grand défi. Cet appareil repensé fonctionne grâce à un moteur numérique et est contrôlé par un microprocesseur qui diffuse la chaleur sans abimer les cheveux.

 

dyson.jpeg

Dyson Supersonic

Enfin, le sèche-cheveux est un produit qui a subi de majeures innovations au cours de son évolution. A ce stade il est donc intéressant de chercher à trouver des solution qui réduisent sa taille et maximise le confort de l’utilisateur.

 

2.2 La Méthode Triz

Pourquoi innover? L’innovation est aujourd’hui incontournable. Elle permet de donner de la valeur aux entreprises, de garder le contrôle et de maîtriser le marché. Dans un environnement commercial en rapide évolution, innover est nécessaire pour rester concurrentiel. Cela permet de démontrer à ses clients, à ses actionnaires, à ses collaborateur que l’entreprise est proactive et qu’elle a les moyens de maîtriser la concurrence. L’innovation permet d’améliorer l’offre, de conquérir de nouveaux marchés, mais aussi d’anticiper les besoins et les changements.

Mais l’innovation peut être un processus risqué, car coûteux et incertain. C’est pourquoi la méthode TRIZ, en guidant le processus d’innovation, a séduit de nombreuses entreprises.

 

« Je ne voulais pas inventer moi-même, je voulais aider les autres à devenir des inventeurs »

Genrich Altshuller (1926-1998) - Créateur de la méthode TRIZ

 

La méthode TRIZ (Théorie de résolution de problèmes inventifs)  est une théorie de résolution de problèmes inventifs, reconnue pour son efficacité. Samsung, Kodak, PSA ou encore Procter & Gamble sont des entreprises qui ont su tirer parti de cette méthode pour créer des produits innovants.

 

Pour Genrich Altshuller, un inventeur au service de la marine soviétique, l’évolution des systèmes techniques est régie par des lois d’évolution récurrentes. Le processus de créativité doit être de conduit de manière ordonnée. Durant de nombreuses années de recherche et d’observation, G. Altshuller a constaté que la majorité des inventions étaient basées sur des mécanismes cognitifs similaires. Ces inventions s’appuient sur un nombre limité de principes physiques, chimiques ou géométrique. De ce fait, on peut trouver une solution innovante à un problème non résolu en appliquant un de ces principes.

 

L’innovation apparaît souvent quand on sait résoudre la ou les contradiction(s) du système. L’inventeur est alors amené à exprimer son problème sous la forme de contradictions élémentaires, qui pourront être résolues par une matrice. Cette matrice a été créée grâce à des principes qui ont dans le passé résolu cette contradiction.

 

La méthode TRIZ permet donc à l’inventeur de poser et d’identifier correctement la problématique, d’isoler les ressources du système utiles à la résolution du problème et de résoudre les conflits sans compromis.

 

3.1 Décomposition du système 

Tout système peut être décomposé en quatres parties utiles : Moteur - Conduit - Embout - Bouton dans notre cas, s'alliant pour réaliser la fonction principale : sécher les cheveux. Voici la décomposition du système effectuée grâce au logiciel STEPS :

Le système étudié est un sèche-cheveux (outil) dont le rôle est de sécher (FPU) des cheveux (objet) mouillés (état de l’objet avant FPU) pour qu’ils deviennent secs (état après FPU). 
 
Afin de sècher les cheveux, le sèche cheveux utilise l’énergie électrique pour alimenter un moteur faisant tourner des pâles d’un ventilateur. L’air propulsé à travers les pâles est ensuite dirigé vers le conduit du sèche cheveux afin de fournir à l’embout du sèche cheveux l’air nécessaire à la fonction de séchage des cheveux. La vitesse du moteur par exemple peut être contrôlée à l’aide de différents boutons (niveau d’intensité de l’air soufflé, température chaude/froide etc..) 
 

3.2 Analyse multi-écran

L’analyse multi-écran consiste à tracer un tableau ou un graphique avec le temps sur l’axe des abscisses et le niveau systémique sur l’axe des ordonnées.

 

Sur l’axe vertical, on trouve le système étudié, ses constituants (les sous-systèmes) et ce dans quoi il existe (les super-systèmes).

 

Les sous-systèmes correspondent aux quatre parties principales constituant le système et nécessaires à l’accomplissement de la Fonction Principale Utile (FPU). Les super-systèmes sont l’ensemble des éléments contribuant de façon significative à la vie du système technique. Il peuvent être difficiles à identifier mais sont indispensables car leur évolution peut avoir un impact important sur le système et son évolution.

 

Sur l’axe horizontal, on compare le système présent avec le système antérieur et on définit ce à quoi pourrait ressembler le système futur. A noter que le pas de temps entre système passé/système présent et système présent/système futur doit être du même ordre de grandeur.

Nous avons choisi un sèche cheveux des années 90 pour notre système passé, déjà composé d’un carter en plastique. Dans un premier temps, nous voulions choisir le sèche-cheveux Dyson comme système présent mais nous nous sommes rendues compte qu’en choisissant un objet trop en avance technologiquement, notre étude nous mènerait vers un objet irréaliste pour notre époque. Nous avons donc choisi un sèche-cheveux classique comme nous le connaissons tous.

 

 

Les flèches entre les différents stades de notre système, des sous-systèmes, des super-systèmes indiquent les évolutions positives et négatives (régressions). Les évolutions négatives entre les colonnes du passé et du présent se retrouvent alors surlignées en vert entre les colonnes du présent et du futur. Ce sont des axes de progressions.

 

Une fois cette analyse multi-écran terminée, nous pouvons passer à l’étude des lois d’évolution.

 

3.3 Lois d'évolution

La méthode TRIZ se base sur des lois qui permettent à l’inventeur de suivre l’évolution de son produit et de décider sur quel paramètre il va agir pour l’innover.

Ainsi, pour le sèche-cheveux nous avons étudié les 9 lois d’évolution qui vont permettre de poursuivre son développement.

 

1.     Loi d’intégralité des parties  4/5

Cette loi apporte une description plus détaillée du produit, il faut isoler chaque partie principale et vérifier qu’elle fonctionne correctement : le moteur, la transmission, le travail et le contrôle, sinon, la fonction principale utile (FPU) n’est plus réalisable. Cette loi est respectée lorsque tous les éléments sont présents dans le système.

C’est le cas ici puisque le moteur est relié à la prise qui apporte l’énergie pour faire tourner le ventilateur. Le conduit permet d’amener l’air du moteur à l’embout. L’embout permet de diriger l’air vers les cheveux, cependant cela nécessite de donner une direction manuellement à l’embout pour le diriger sur la chevelure. Le contrôle grâce à un bouton permet de décider de la marche et de l’arrêt mais également de l’intensité de séchage, il peut être amélioré.

 

2.     Conductibilité énergétique 3/5

Pour assurer la FPU, il faut que l’énergie qui alimente le fonctionnement du produit le traverse sans être bloquée.

Dans le cas du sèche-cheveux, il y a des pertes d’énergie mécanique et thermique à l’intérieur du système au niveau du moteur et du ventilateur car le conduit se constitue d’un matériau peu isolant. De plus, il y a des déperditions d’énergie dans l’atmosphère à cause de l’air qui en ressort, il ne cible pas uniquement la mèche de cheveux que l’on souhaite sécher.

 

3.     Loi d’harmonisation 3/5

Ici, on cherche à optimiser l’harmonie de fonctionnement des systèmes techniques dans le but de maximiser la FPU.

L’ergonomie du système n’est pas parfaite. En effet, l’arrière de la tête n’est pas pratique à sécher et tenir le sèche-cheveux devient inconfortable au bout d’un moment.

 

4.     Idéalité 3/5

Cette loi se définit en imaginant l’état du sèche-cheveux idéal et d’essayer de s’en rapprocher le plus possible. Pour atteindre ce modèle idéal, il faut qu’il n’y ait aucune dépense lorsque le produit réalise sa FPU.

Néanmoins, le prix du sèche-cheveux augmente en améliorant ses performances et devient très élevé pour le besoin qu’il satisfait.

 

5.     Développement inégal 2/5

Cette loi permet d’étudier les sous-composant du système technique et d’identifier les inégalités de développement au sein de celui-ci.

Depuis les années 2000s, les sèche-cheveux se ressemblent, il suffit d’en utiliser un basique pour uniquement sécher les cheveux. C’est le moteur qui cause problème car il est lourd et bruyant et consomme beaucoup d’énergie.

 

6.     La transition vers un super système 3/5

Le système arrive à la fin de sa vie au bout d’un moment, il faut donc repérer le super système qui va être modifier, et améliorer, afin de poursuivre l’évolution de la FPU.

Dans le cas du sèche-cheveux, une brosse peut lui être intégrée sans augmenter remarquablement son volume et son poids car il faut pouvoir le tenir dans la main.

 

7.     Transition vers le micro-niveau 1/5

Pour vérifier cette loi, le système technique doit changer d’état et passer de l’état solide, le plus dense, vers un état moins dense jusqu’à devenir du plasma.

Le sèche-cheveux dans son état physique actuelle est dense, il faut donc le compacter. Il existe des embouts souples qu’on peut remplacer. Ainsi, une solution sera de créer un conduit souple sans devoir changer l’embout.

En ce qui concerne le contrôle de notre système, il deviendra tactile et on mettra en place un système de capteurs pour éviter l’emploi de boutons.

 

8.     Loi de dynamisation 2/5

La dynamisation du produit consiste en lui faire gagner un ou plusieurs degrés de liberté. On trouve aujourd’hui des sèche-cheveux pliables et facilement transportables, l’objet a donc plus flexibilité. De plus, il existe des sèche-cheveux à câble rétractable.

 

9.     Accroissement substances-champ 4/5

Nous arrivons enfin à la 9ème loi qui est celle de l’accroissement des couples substances-champ. Pour vérifier celle-ci, il faut ajouter un élément fonctionnel au sèche-cheveux qui augmentera la pertinence de sa FPU. Ceci se fait par l’ajout d’une brosse intégrée, ou dans le futur par exemple par la propulsion d’un produit démêlant sur les cheveux avant séchage et coiffage et un laque après la coiffure.

 

Finalement, en définissant ses lois qui constituent le potentiel d’évolution du sèche-cheveux, on peut les placer dans un diagramme en étoile. Ainsi, les zones denses de ce diagramme nous permettrons de formuler des hypothèses en faveur de l'évolution de ce produit et de définir les paramètres de contradiction.

 

 

Screen Shot 2017-04-24 at 14.13.23.png

                                                                                                 Diagramme en étoile

 

 

3.4 Paramètres et contradictions

En définissant des paramètres d’action (PA) et d’évolution (PE) nous pouvons arriver à la formulation de plusieurs contradictions.

Les paramètres PA sont ceux dont on peut modifier l’état qui peut généralement évoluer dans deux directions opposées pouvant probablement apporter un bénéfice à l’objet (Valeurs VA et Va). Nous avons ainsi défini les PA suivants :

  • PA1 - Puissance du moteur : Forte/Faible
  • PA2 - Répartition de l’air de l’embout : Large/Etroite
  • PA3 - Nombre de réglages possibles de l’élément de contrôle : Beaucoup / Peu nombreux
  • PA4 - Automatisation du moteur : oui/non (Le choix de la température, de l’intensité se ferait automatiquement grâce à différents capteurs, plus besoin de boutons physiques)
  • PA5 - Matériau du conduit : souple/rigide

Les paramètres PE permettent d’évaluer l’aspect positif ou négatif résultant d’un choix du concepteur. Il n’y a qu’un sens logique de progrès, l’autre semblant aberrant.

Nous avons défini les PE suivants :

  • Coût d’achat (l’on veut un produit accessible)
  • Bruit (que l’on veut minimiser)
  • Poids (que l’on cherche à réduire)
  • Réglage de la température de séchage (pour sécher plus vite/protéger cheveux fragiles)
  • Confort d’utilisation (pas de brûlure)
  • Rapidité du sèchage
  • Prise en compte de différentes variétés de cheveux
  • Respect de la fragilité des cheveux
  • Durée de vie (qui dure dans le temps = produit de qualité)
  • Sécurité du système (pas d’électrocution)
  • Aisance de prise en main (ergonomie du sèche cheveux)
  • Encombrement (facile à transporter)
  • Rangeabilité (facile à ranger)
  • Design

En associant à chaque valeur des PA les PE qui en résultent, nous obtenons des tableaux de contradiction. Il faut alors vérifier que ses affirmations sont réversibles.

  •  PA1 : Puissance du moteur

Ainsi, il est vrai qu’une puissance élevée du moteur permet de rendre le séchage plus rapide et permet également de se sécher les cheveux à une température plus élevée.

De l’autre côté, une puissance plus faible permet de réduire le dérangement lié au bruit et d’augmenter le confort d’utilisation. En effet, une température moins élevée diminue le risque de brûlure si le sèche cheveux reste à pleine puissance au même endroit, et qui par là même respecte la fragilité des cheveux.

 

 

 

  •   PA2 : Répartition de l'air de l'embout du sèche cheveux

Lorsque l’on s'intéresse à la répartition de l’air au niveau de l’embout du sèche cheveux, on réalise qu’il est important qu’elle soit modulable. En effet en début d’utilisation, un séchage intense à l’aide d’un embout étroit par un balayage rapide (confort d’utilisation) de toute la chevelure permet de réduire rapidement (rapidité de séchage) l’état mouillé des cheveux. Cela permet par la suite de se rapprocher des cheveux avec une diffusion plus large pour compléter le séchage avec plus de douceur afin de respecter les différents types de cheveux sans les abîmer.

 

  •  PA3 : Nombre de réglages possibles

Permettre un grand nombre de réglages possibles du sèche-cheveux donne une vraie valeur ajoutée au produit et lui permet de se démarquer des autres. Peu de réglages réduisent le coût et augmentent la durée de vie du système (moins de composants électroniques). L’ergonomie du produit se détériore plus on ajoute de boutons. En effet, ils peuvent gêner au niveau de la préhension du sèche cheveux. De plus, changer un mode grâce à un bouton peut demander de remettre le manche dans le champ de vision et ainsi interrompre la fonction de séchage. Cependant, ils permettent d’adapter la température en fonction de la fragilité des cheveux ainsi que d’adapter le taux d’ionisation par exemple pour réduire les frisottis (variété type de cheveux).

  •  PA4 : Automatisation du moteur

Capture d’écran 2017-04-18 à 15.27.30.png

L’automatisation des différents mode de réglage repose sur l’idée de capteurs qui mesurent différents éléments importants à prendre en compte : la nature du cheveu, la température de l’air ou encore le taux d’humidité dans les cheveux. Grâce à ces capteurs, il ne serait plus nécessaire d’avoir de boutons, ce qui rendrait le sèche cheveux beaucoup plus facile à utiliser, mais surtout plus rapide car le cycle de séchage serait optimisé. Son design serait amélioré sans la présence de boutons. La sécurité de l'utilisateur et son confort d’utilisation seraient garantis : adieu les risques de brûlure lorsque le sèche cheveux reste trop longtemps à forte puissance au même endroit. L’implantation de tels capteurs pour l’automatisation du moteur reste possible à un coût élevé.

 

 

  • PA5 : Matériau du conduit

Capture d’écran 2017-04-18 à 15.35.12.png

 

Le choix du matériau constituant le conduit est crucial puisque c’est grâce à lui que l’air peut circuler et accomplir la fonction de séchage. L’utilisation d’un matériau souple et modulable permet de s’affranchir d’embout et ainsi réduire l’encombrement tout en augmentant la rangeabilité. En plus d'être plus léger (poids), il devient également articulable (Loi de Dynamisation). Cependant, le bruit pourrait être augmenté car ce serait moins isolant. En outre, l’utilisation d’un matériau souple mais également assez résistant pour conduire l’air demande un coût élevé de recherche contrairement au plastique rigide actuellement utilisé.

 

 

 

4. Résolution

4.1 Contradictions proposées

Une fois les paramètres et les poly-contradictions définis, on obtient un tableau recensant toutes les contradictions pouvant être formulées. Les contradictions situées en haut à droite du tableau sont celles pour lesquelles les paramètres d’évaluation ont le plus de poids (défini lors de l’étape précédente). On sélectionne ensuite les contradictions que nous jugeons les plus pertinentes, puis nous y associons des paramètres de conception qui correspondent le plus au paramètre évalué.

 

contradictions.PNG

 

Les contradictions retenues sont les suivantes :

 

  • La répartition de l'air de l’embout doit être large pour satisfaire la variété de type de cheveux ET étroite pour satisfaire la rapidité.

Cette contradiction repose sur l’observation qu’un embout étroit propulse de l’air à une vitesse plus importante et de façon localisée, le temps de séchage sera donc faible, cependant les cheveux risquent de ne pas être respectés à cause d’une puissance ou d’une température trop élevée.

Les paramètres de conception associés à la variété de type de cheveux sont la vitesse, la force (l’intensité) et la température, et pour la rapidité, durée d’action d’un objet mobile, force (intensité) et température.

La solution proposée pour résoudre cette contradiction est une utilisation périodique, en insérant des pauses lors du fonctionnement, ou des changements de rythme.

 

  • Le nombre de réglages possibles de l’interrupteur doit être beaucoup pour satisfaire la fragilité des cheveux ET peu pour satisfaire la durée de vie.

Il s’agit d’une contradiction proche de celle concernant l’automatisation du système. Ici afin de respecter la fragilité des cheveux, il est apparu nécessaire de pouvoir contrôler le flux d’air produit en faisant varier par exemple la vitesse et la température. Cela implique de multiplier les réglages possibles de l’interrupteur, mais l’ajout de nouveaux boutons et circuits électriques risque de réduire la durée de vie en augmentant le risque de panne.

Les paramètres de conception pour la fragilité des cheveux sont la force (intensité), la température et polyfonctionnalité/adaptabilité, et pour la durée de vie, la stabilité de la structure de l’objet, la fiabilité et la commodité de réparation.

Les solutions proposées sont le changement de composition de l’objet (flexibilité, consistance, température) et la segmentation (diviser l’objet en plusieurs parties indépendantes…).
 

  • Le conduit du sèche cheveux doit être à la fois souple pour satisfaire la rangeabilité et rigide pour satisfaire la durée de vie.

 

4.2 Concepts de propositions

SOLUTION 1 : Alternance du débit d’air automatiqueopti

 

Une idée innovante de sèche-cheveux serait de dynamiser l’embout : en effet, cela permettrait d’alterner un débit d’air large pour ne pas abîmer les cheveux et un débit d’air plus étroit pour accélérer la fonction de séchage.

Le principe est le suivant : un diaphragme type appareil photo avec des pales qui se superposent d’une telle façon que la base de chaque pale est au dessus de la pale précédente. Le diaphragme serait alimenté par le même moteur que les pales du ventilateur.

 



Capture d’écran 2017-04-24 à 15.56.33.pngCapture d’écran 2017-04-24 à 15.56.33.pngCapture d’écran 2017-04-24 à 15.56.03.png

Diaphragme ouvert         Diaphragme en cours de fermeture Diaphragme fermé

 

Ce diaphragme serait situé en bout de conduit. Cette possibilité présente l’avantage de ne pas avoir à changer d’embout pour avoir un flux d’air étroit ou large. De plus en alternant les phases larges et étroites, le cheveux est protégé. L’intégration de cet élément dans le sèche-cheveux permet également une amélioration au niveau de la rangeabilité grâce à un gain de place car il n’y a pas d’embout supplémentaire. De plus, la durée de vie du produit est prolongée car moins de risque de casse ou de perte des embouts.   

 

SOLUTION 2 : Mise en place d'une interface tactile 


Pour résoudre le problème du nombre de boutons de réglages, nous pouvons ajouter une interface tactile du même type que l’image ci-dessus. Celle-ci possède plusieurs rubriques et qui permet à l’utilisateur de créer son propre réglage personnalisé en entrant des critères de ses cheveux, la température, le mode (séchage ou mode coiffure) et cela pour plusieurs membre de la famille en sauvegardant le réglage. Cet écran sera verrouillé au moment de l’utilisation pour éviter que l’on appui dessus sans faire exprès et sera également positionné à un endroit stratégique pour éviter que l’on abîme l’écran dû à la chaleur etc...

 

 SOLUTION 3 : UTILISATION DE NANO-MATÉRIAUX POUR LE CONDUIT 

 

Une solution innovante serait d’avoir un conduit souple qui réduirait le poids du sèche cheveux. De plus, ce conduit serait malléable ce qui permettrait de prendre le rôle de l’embout du sèche cheveux. L’utilisation de nanomatériaux permettrait d’obtenir un matériaux assez souple pour être malléable tout en étant assez rigide pour ne pas être dévié par le flux d’air chaud.

L’utilisation de nanomatériaux qui changent de couleur en fonction de la température  peuvent également apporté une vraie valeur ajoutée d’un point de vue esthétisme.

Cette solution apporte une vraie rupture technologique, pour aller plus loin on peut également imaginer que le conduit du sèche cheveux tourne lui-même autour de la tête pour que l’utilisateur n’ait plus à manier le sèche cheveux.

 

 

Conclusion

Dans ce projet, nous avons appris à suivre une démarche de conception inventive. En effet, avant ce cours ne savions pas pour la plupart des membres du groupe ce qu’était la méthode TRIZ. 
 
Nous avons donc appris à repérer les limites des approches actuelles et donc ainsi comprendre les fondements de la TRIZ qui était donc au départ une grande boîte noire. 
Nous avons alors appliqué la méthode TRIZ à notre exemple qui est le cas du sèche- cheveux. C’est une démarche assez complexe et qui nécessite une grande part de réflexion et de prise de recul, mais au final, elle  nous permet de poser la problématique de contradiction. Elle nous guide sur les éléments de conception en nous permettant de discerner une situation avec les lois d’évolution.
 
Dans notre cas du sèche cheveux, nous avons mis en avant 3 contradictions et permis de résoudre ces contradictions en apportant des solutions innovantes mais cependant nous ne nous sommes pas penché sur la faisabilité ou non du projet.
C’est ainsi que  nous pouvons dire que c’est un résultat d’idéal finale, et probablement fantaisiste pour l'instant. 
Mais nous avons beaucoup appris de cette démarche inventive qui est la clé du succès de nombreuses entreprises maintenant.

 

Espace Membres

  • over a year ago

    Présentation du FabLab de l’INSA de Strasbourg au salon Enova de Paris | Journal http://t.co/unsimpMH79

  • over a year ago

    RT @lgeco_insa: A. Najari présentera ses travaux "contradiction en phase amont de conception architecturale : TRIZ à l’énoncé des problèmes…

  • over a year ago

    RT @lgeco_insa: Ali Taheri (@Atari757) présentera ses travaux "Définition des indicateurs d’efficience pour caractériser les activités inve…

  • over a year ago

    RT @lgeco_insa: Séminaire LGECO le 16 avril 14h à l'@Insa_Strasbourg. Présentations de doctorants : Ali Taheri et Arash Najari.

  • over a year ago

    RT @lgeco_insa: Séminaire du labo le 12 mars de 14h à 16h. Présentation de Kondo H. Adjallah de l'@Univ_Lorraine et Sergiu Lionte doctorant…

  • over a year ago

    J'ai ajouté une vidéo à une playlist @YouTube - What's TRIZ? http://t.co/hS0JK8gyGL

  • over a year ago

    Season's greetings and happy new year 2015 from the Ideaslab team!

  • over a year ago

    Toute l'équipe du Fablab de l'INSA de Strasbourg vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année et vous donne... http://t.co/y4jBoOTJYR

  • over a year ago

    Le reportage sur le FabLab de l'INSA de Strasbourg réalisé par Alsace 20 et diffusé le 14 octobre 2014 est... http://t.co/XYvZz68KPT

  • over a year ago

    "IdeasLab dans Le 6 minutes Eurométropole (14/10/14) - Alsace 20" : http://t.co/lFaBBhf7Ek via @YouTube

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter...

Email: